DSC_0681_edited.jpg

LA RESTAURATION

Restaurer c'est avant tout préserver. Les interventions ont l'objectif commun de faire perdurer l'objet dans le temps,
le rendre lisible et compréhensible pour les spectateurs, qu'ils soient chercheurs, scientifiques, collectionneurs ou amateurs. D'autres principes s'ajoutent à cette idée de conservation, en particulier l'innocuité et la réversibilité. L'impact des interventions de restauration sur l'objet ne doit pas être négatif et les matériaux employés doivent être neutres. Un autre principe non négligeable est la stabilité. En effet, le vieillissement des restaurations est une problématique très commune, qui oblige d'intervenir à nouveau sur des objets déjà fragilisés.

"C'est l'œuvre d'art qui conditionne
la restauration, et non l'inverse."

CESARE BRANDI,
THÉORIE DE LA RESTAURATION

En restauration de céramique, on distingue généralement trois types de restauration : archéologique, muséale et illusionniste.

Les interventions de restaurations restent assez similaires : collage des tessons, comblement des lacunes, retouche colorée... c'est leur objectif qui diffère.

Découvrez nos trois choix de restauration, ou encore une quatrième possibilité : le kintsugi !

LA RESTAURATION ARCHÉOLOGIQUE

La restauration archéologique a pour but la conservation et l'étude des objets.

Son objectif est de restituer à la céramique sa lisibilité, tout en minimisant les interventions.

2016-08-26 17.00_edited.jpg

LA RESTAURATION MUSÉALE

La restauration muséale se rapproche déontologiquement des codes de la restauration archéologique tout en cherchant à présenter un aspect visuel plus esthétique et exposable.

IMG_3003 - Copie.jpg

LA RESTAURATION ILLUSIONNISTE

La restauration illusionniste donne l'illusion que l'objet n'a jamais subi les dommages ayant rendus sa restauration nécessaire. On parle aussi de "restauration invisible".