DSC_0122.JPG

LA RESTAURATION
ARCHÉOLOGIQUE

La restauration dite archéologique va concerner en priorité les objets issus de fouilles (plus ou moins récentes).
C'est un type de restauration peu invasif pour l'objet. Il va permettre de préserver l'intégrité physique de la céramique (parfois mise à mal par les conditions d'enfouissement et même de conservation), tout en lui rendant sa lisibilité.

Le collage d'un objet brisé permet de lui rendre sa forme ; le comblement va renforcer la structure d'un objet lacunaire mais aussi lui rendre une forme plus compréhensible ; la reprise d'un décor peut permettre de lui rendre sa lisibilité.

Les objets archéologiques, lorsqu'ils sont conservés dans des musées ou des services archéologiques ont une valeur didactique et pédagogique vis-à-vis du grand public, mais aussi d'étude pour les spécialistes (dessins archéologiques...).

LISIBILITÉ

La restauration doit être distinguée de la partie originale, par une variation de niveau, de teinte ou d’aspect de surface.

RESPECT

Toute re-création d'un élément disparu pour lequel on ne dispose pas de documentation historique certaine est inenvisageable.

INNOCUITÉ

La compatibilité entre les matériaux de restauration et les composants intrinsèques de l’objet doit être prise en compte.

RÉVERSIBILITÉ

Les matériaux employés pour la restauration doivent pouvoir être éliminés dans le futur en vue d’une nouvelle restauration. 

STABILITÉ

Pour assurer la pérennité des objets restaurés, les produits de restauration doivent être stables dans le temps.

POT EN TERRE COMMUNE SOMBRE

Collage d'un pot en terre commune sombre sableuse de type Le Mans 5.302 (150/200 ap. J.-C.) issu des fouilles de Jublains- Le Bourg (site 53 122 055).

Le collage des céramiques exhumées lors de fouilles permet la réalisation de dessins archéologiques nécessaires à la création de typologies.

 

Dessin et DAO : Maxime Mortreau, Inrap GO 2016.

Conseil général de la Mayenne, 2016.

IMG_5298.JPG
DSC_0031a.jpg
0001.jpg

URNE DE COUACHI

Nettoyage et collage d'une urne funéraire amérindienne de Guyane dite
« de Couachi ».

La céramique de 80 cm de haut présentait près de 200 tessons, son collage a duré 10 heures.

n° inv. 97 306 004 002, Service de l'Archéologie, DAC Guyane, 2015.

DSC_0646.JPG
DSC_0115_edited.jpg

ASSIETTE EN FAÏENCE

Collage, comblement de type archéologique avec retrait, et retouche d'une assiette en faïence à décor bleu issue des fouilles du Château de Vincennes.

 

Le comblement permet de renforcer le collage et d'éviter la perte de tessons.

n°inv. CHV 8081-404, CNRS, Château de Vincennes, 2012.

IMG_2750 copie.jpg
IMG_3031 - Copie copie.jpg

COUVERCLE D'URNE

Nettoyage, collage, comblement avec retrait et retouche archéologique du couvercle de l'urne funéraire amérindienne de Guyane dite « de Couachi ».

 

Un comblement partiel s'est révélé nécessaire pour renforcer la structure du couvercle. La retouche a été effectuée de teintes approchantes à la pièce d'origine ; la différence avec les tessons étant marquée par un retrait dans le comblement.

​n° inv. 97 306 004 002, Service de l'Archéologie, DAC Guyane, 2015.

JARRE À CACHIRI

Après le retrait de l'ancienne restauration, un nettoyage et un nouveau collage ont été réalisés et un comblement partiel s'est révélé nécessaire pour renforcer la structure du couvercle, très affaiblie par l'importance des lacunes. La retouche a été effectuée de teintes approchantes à la pièce d'origine ; la différence avec les tessons étant marquée par un retrait dans le comblement.

Service de l'Archéologie, DAC Guyane, 2015.

DSC_0008 (2).JPG